30 novembre 2006

Guitare Flamenco

Guitare,guitare,guitare, Flamenco L'Espagne t'a donné,deux accents sans pareil L'Espagne t'a donné,les rythmes du soleil Pour mieux chanter la joie,pour mieux chanter la joie L'Espagne t'a forgé comme on burine le coeur L'Espagne t'a forgé au feu de sa douleur et tu as sangloté et gémis et souffert Dans tous les bras ouverts,dans tous les bras ouverts. Tu  n'as que six bout de cordes qui s'accordent Un coeur de bois qui résonne,s'abandonne Mais dans tes courbes profondes Chante... [Lire la suite]
Posté par christina à 19:26 - Commentaires [26] - Permalien [#]

29 novembre 2006

Au pays de la lumière

Praia Das Maças nov 2006 "Rêve marchant dans l'infini les pas s'inscrivent à peine dans un sable plus blanc que tous les rêves de lumière" Didier Ober. Un grand merci à mon ami Fotociclista, qui m'a envoyé ces photos de Praia cette semaine. Photo de la plage, que je n'ai jamais vue comme cela!
Posté par christina à 20:22 - Commentaires [30] - Permalien [#]
29 novembre 2006

Mes statues

J'ai mes statues.Les siècles me les ont léguées;les siècles de mon attente, les siècles de mes découragements,les siècles de mon indéfinie,de mon inétouffable espérance les ont faites.Et maintenant elles sont là. Comme d'antiques débris,point ne  sais-je toujours le sens de leur représentation. Leur origine m'est  inconnue et se perd dans la nuit de ma vie,où seules leurs formes ont été préservées de  l'inexorable balaiement. Mais elles sont là,et durcit leur marbre chaque année ... [Lire la suite]
Posté par christina à 00:08 - Commentaires [17] - Permalien [#]
27 novembre 2006

La tentation

Pardonne-moi si tes paroles Autour de mes oreilles volent Comme des chants dans les airs bleus, Ou l'aile du vent dans mes cheveux. pardonne-moi,si je te touche Dans le soleil,ou si ma bouche, En souriant,sans le savoir, T'atteint dans la fraîcheur du soir. Pardonne-moi,si je crois être Près de toi-même où tu n'es pas, Si je te cherche,lorsque peut-être C'est toi qui reposes dans mes bras. Charles Van-Lerberghe.
Posté par christina à 17:34 - Commentaires [31] - Permalien [#]
26 novembre 2006

La mouette

Ericeira 2006 Aux coups de feu la mouette N'a pas changé de chemin, Et sa brune silhouette Sur le ciel rose et carmin Se découpe nette. Par le seul appui du vent Majestueuse elle plane, Puis doucement,doucement, Dans la brume diaphane S'incline en avant: Et glisse de telle sorte, Qu'elle va choir où l'on voit L'horizon fermer sa porte. Elle baéisse,baisse et choit. La mouette est morte. Alphonse Beauregard.
Posté par christina à 21:26 - Commentaires [25] - Permalien [#]
24 novembre 2006

Nuages...

Deux nuages qui galopent encore dans le Ciel comme si le temps n'appartenait qu'aux  soupirs.Qui se jettent à la tête des morceaux entiers de leur corps, comme autant de secrets,qui s'entretuent en plein vol de mots très doux,comme si le langage était l'innocence même. Max-Henri de Larminat
Posté par christina à 20:35 - Commentaires [28] - Permalien [#]

23 novembre 2006

Bruxelles insolite...

Bonne fin de semaine et merci de tout coeur pour vos visites.
Posté par christina à 22:34 - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 novembre 2006

Léa

J'ai un Bébé SoleilDans le creux de mes nuitsQui berce mon sommeilEt qui luitFrimousse ébourifféeQui monte à pas feutrésL'escalier de la chambre l'étéJ'ai un Bébé SoleilDans le ciel de ma vieQui vient dès qu'elle s'éveilleDans mon litMe raconter ses rêvesEt chanter des chansonsBlottie contre mon cœur et s'est bonPetit câlinDès le matinPour bien entamer la journéePetit bonheurMon cœur voudrait éclater Yves Duteil
Posté par christina à 15:46 - Commentaires [40] - Permalien [#]
21 novembre 2006

OMBRE

Frange d'invisible, tremblant de secrets L'absent qui te prie Et qui t' a porté baigné dans son ombre à travers le jour, Lié en silence à toutes les feuilles, à toutes les pierres et à tous les temps, n'est-ce pas toujours ce vaste Toi-même où tu t'es perdu? Jean Tardieu
Posté par christina à 19:22 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 novembre 2006

Bruges et Maurice Carême

Glissez,glissez sans heurt,mes cygnes, Avec des lenteurs de béguines. Ici rien ne nuit,ne s'agrège. Les quais mêmes semblent de neige. Dans l'ombre verdâtre des ruines, La mort montre à nu ses racines. On entend le  pas du silence longer une muraille blanche, Un pas qui sourdement  ricoche Et jamais,jamais ne s'approche. Pourtant,au loin,des cloches sonnent... Mais il ne vient jamais personne. Maurice Carême
Posté par christina à 19:38 - Commentaires [22] - Permalien [#]